Crise Canne : Maintien de la mobilisation et des actions fortes à venir

Les syndicats de planteurs ne sont pas sortis tout à fait satisfaits des négociations avec Tereos à la préfecture. Ils expliquent avoir eu des avancées sur plusieurs sujets, mais déplorent plusieurs blocages.

“L’intersyndicale propose de maintenir la mobilisation et qu’il y ait des actions fortes”, explique Guillaume Sellier, président des Jeunes Agriculteurs 974 à la sortie de la réunion à la préfecture. Les syndicats ont échangé avec les industriels et attendent maintenant des propositions écrites de Tereos suite à leurs revendications. “Les tracteurs restent ici”, confirme Jean-Michel Moutama, président de la CGPER. Il explique des avancées ont été faites mais un point de blocage important continue d’inquiéter les planteurs. Les agriculteurs devraient donc maintenir leur mobilisation au niveau de la préfecture.

Des négociations qui avancent Pierre-Emmanuel Thonon est co-président du Comité paritaire interprofessionnel de la canne et du sucre. Il résume les discussions autour de la convention canne 2022-2027 qui se sont déroulées pour la première fois à la préfecture ce mardi. “Nous avons l’engagement de l’Etat sur une clause de revoyure qui permettra de revoir l’enveloppe des 28 millions d’euros d’aides aux planteurs si les conditions économiques évoluent défavorablement”, explique-t-il. Le co-président du CPCS ajoute que de nouvelles rencontres vont avoir lieu avec Albioma au sujet de la bagasse : “Le préfet et la DAAF doit caler un rendez-vous pour voir quel levier activer pour les rémunérations.” Une discussion est aussi prévue demain avec les rhumiers : “Pas mal de sujets sont à débattre, le préfet veut mettre les points sur les i et voir comment on peut tous travailler ensemble.” Pierre-Emmanuel Thonon ajoute que Tereos et les syndicats sont d’accord pour mettre en place un partage égalitaire des richesses.

Canne longue machine : Ce qui bloque “Ils ne veulent pas entendre parler de nos revendications sur un prix plancher. Le procédé que Tereos veut mettre en place, c’est une mesure de richesse supplémentaire. Il voudrait reprendre les chargements et refaire une analyse. On a été ferme, il est hors de question d’accepter une telle proposition”, assure le co-président du CPCS, qui s’insurge : “Nou l’a di c’est un manque de respect de proposer ça !” Une nouvelle réunion doit avoir lieu jeudi entre les syndicats et les industriels. Tereos Océan Indien doit leur fournir une nouvelle proposition.

www.zinfos974.com