Crise canne : Pas d’accord, les planteurs vont “augmenter la pression”

Les agriculteurs vont camper ce mardi soir devant les locaux du Centre technique interprofessionnel de la canne et du sucre. Ils annoncent un durcissement de leur mouvement de grogne.

Les planteurs de canne vont maintenir la pression sur les membres du Comité paritaire interprofessionnel de la canne et du sucre. Les négociations de la convention canne 2022-2027 sont au point mort depuis plusieurs mois. Les agriculteurs réclament un accord sur le prix plancher avant de commencer la coupe.  

“On maintient la pression” Maintenir la pression. C’est le mot d’ordre des syndicats des planteurs de canne qui demandent à ce que la situation soit résolue dans les plus brefs délais. Ils veulent des garanties et des fonds pour commencer la récolte. C’est pour cela qu’ils ont mené une double opération escargot qui a traversé une grande partie de La Réunion. Les agriculteurs s’excusent pour la gêne occasionnée aux automobilistes mais expliquent que les problématiques rencontrées par les 2.500 planteurs de canne auront un impact sur environ 20.000 personnes à La Réunion. Un syndicaliste précise que si la coupe de la canne ne démarre pas, les centrales thermiques seront à l’arrêt.   

La mobilisation continue mercredi Les planteurs de canne ont décidé de rester devant les bureaux du CTICS ce mardi soir afin de montrer leur détermination. Ils comptent hausser le ton dans la journée de mercredi. La forme que prendra le mouvement de grogne dans la journée de mercredi n’a pas encore été décidée. Mais les planteurs pourraient notamment se rendre sur les centrales d’Albioma au Gol et à Bois-Rouge pour interpeler directement l’industriel Tereos qu’ils accusent de ne pas entendre leurs revendications durant ces négociations.

www.zinfos974.com