Législatives : Plusieurs signaux inquiètent les macronistes à l’approche du 1er tour

Percée de la Nupes chez les Français de l’étranger, omniprésence de Mélenchon, sondages délicats et dissidences sont les quatre signes qui pourraient être précurseurs d’un accident électoral. Ce que la macronie veut absolument éviter.

Emmanuel Macron et ses soutiens veulent à tout prix éviter l’accident électoral à l’issue des élections législatives. Perdre la majorité à l’Assemblée serait un revers qui viendrait contredire la réélection du chef de l’État au soir du 24 avril dernier. Cependant, à cinq jours du scrutin, les candidats sur le terrain prennent au sérieux certains signes inquiétants : la percée de la Nupes chez les Français de l’étranger, l’omniprésence de Jean-Luc Mélenchon, les sondages, et la dissidence dans certaines circonscriptions.

Dimanche 5 juin dernier, une semaine avant le premier tour des élections législatives, la Nupes a réussi à qualifier ses candidats dans dix des onze circonscriptions des Français de l’étranger, soit deux fois plus que cinq ans auparavant, lorsque la gauche se présentait en ordre dispersé. Si les reports de voix semblent plus favorables à la majorité présidentielle Ensemble à l’issue du second tour, elle devra faire face à une opposition de gauche unie contrairement aux dernières législatives. Alors qu’il n’est pas personnellement candidat, Jean-Luc Mélenchon occupe majoritairement le terrain médiatique. Face à une majorité en plein flottement qui doit affronter les accusations de viol à l’encontre de Damien Abad, ministre des Solidarités, auxquelles s’ajoute le fiasco de l’organisation de la finale de la Ligue des champions au stade de France, la Nupes impose son projet de campagne, affirme France Info.

Côté sondage, même s’il faut se montrer prudent vis-à-vis des prévisions, le camp présidentiel serait au coude-à-coude avec la Nupes en nombre de voix. Les projections en sièges montrent un déclin progressif du nombre de députés qu’obtiendrait la majorité sortante au soir du second tour. Un premier sondage compte entre 275 et 315 parlementaires Ensemble dans la nouvelle Assemblée nationale et un second entre 250 à 290 députés. Pour mémoire, la majorité absolue se situe à 289 députés.  Enfin, la coalition Ensemble doit faire face à des dissidences dans certaines circonscriptions à l’instar de l’ancienne ministre, Elisabeth Moreno, qui a, par exemple, dû affronter un candidat dissident, et se retrouve distancée de près de 12 points par son adversaire Nupes avant le second tour des élections concernant les Français de l’étranger. C’est aussi le cas de l’ancien Premier ministre socialiste Manuel Valls, battu au premier tour.

www.zinfos974.com