Vidéo – Laurent Virapoullé dévoile ses mesures et tacle ses détracteurs

“Être un député au cœur du pouvoir”, voilà l’objectif que se fixe Laurent Virapoullé s’il est amené à être élu. Le candidat investi par la majorité présidentielle dans la 5e circonscription a profité de cette dernière ligne droite de la campagne du premier tour pour dévoiler son programme. Et tacler au passage ses détracteurs.

Avant de détailler les mesures qu’il compte porter, Laurent Virapoullé en a profité pour faire une analyse du débat télévisé qui a opposé la veille tous les candidats de la 5e circonscription et notamment des critiques faites sur l’article 73.5 de la Constitution, le très controversé “amendement Virapoullé”, du nom de son père Jean-Paul. Pour Laurent Virapoullé, la remise en cause de ce texte de loi est un faux-débat. “Lors du débat d’hier, Jean-Hugues Ratenon a assuré qu’il ne pouvait pas faire adapter les lois en raison de l’amendement, ce qui est faux. Je lui ai expliqué que ce dernier n’empêchait pas d’adapter des textes au contexte local. Pour preuve, des mesures spécifiques aux Outre-mer existent comme l’indice de correction des fonctionnaires, l’octroi de mer ou encore les lois de défiscalisation”, argue Laurent Virapoullé. Pour étayer ses propos, Laurent Virapoullé prend l’exemple des assemblées uniques de Guadeloupe et de Martinique, “qui n’ont pas souhaité faire de lois péï depuis 2018”.  “Cela montre bien que la question de l’amendement relève plus de la posture idéologique que d’un problème pratique” pour Laurent Virapoullé. Cette mise au point faite, ce dernier s’est également étonné que “bon nombre” de ses mesures “aient été reprises” par ses adversaires, comme le logement, le minimum vieillesse ou encore la vie chère (son programme détaillé à retrouver en vidéo). “Je demande aux Réunionnais de voter pour le changement, c’est-à-dire renvoyer M. Ratenon parce qu’il n’a pas été efficace : 13 propositions de loi et 0 adoptée et 2 amendements mineurs, un bilan très faible et aucune adaptation des lois, et on comprend pourquoi, parce qu’il pensait que ce n’était pas possible”, ironise-t-il. Il conclut : “Il faut laisser les hommes politiques qui ont d’autres fonctions de maires, de 1er adjoint, de vice-président de la Cirest finir le mandat que les électeurs leur ont confié. Nos électeurs ont besoin d’un député à temps plein”, conclut Laurent Virapoullé qui réaffirme qu’il quittera bien la présidence de sa société en cas de victoire dans la 5e circonscription.

www.zinfos974.com